Qui dit pollution dit gaz d’échappement ! Certes, mais pas seulement. Nous respirons en effet autant, voire plus de polluants chez soi que dans la rue. Mais si l’on ne peut pas empêcher les véhicules de circuler, on peut heureusement faire de son domicile un espace sain où l’on peut respirer sans crainte, grâce aux produits naturels.

Les coussins en coton recyclé

Même s’il s’agit d’un matériau naturel, le coton n’est pas sans défaut, pour deux raisons principales : les énormes quantités d’eau et les produits chimiques auxquels on a recours pour le cultiver. Le coton bio règle une partie du problème, mais sa culture nécessite toujours autant d’eau. La solution ? Utiliser du coton recyclé, pour les oreillers notamment.

Grâce à cette option, on récupère du coton existant, ce qui dispense d’en faire pousser d’autre. C’est donc autant d’eau économisée. On peut même remplacer les plumes par des cosses de céréales, qui fixent moins la poussière et les acariens, tout en soulageant les lombaires.

La peinture naturelle

Mauvaise pour l’environnement, mauvaise pour la santé, la peinture n’a pas bonne presse. Produit chimique issu de l’industrie pétrolière, elle est une des principales sources de pollution intérieure. Brillante ou satinée, quelle que soit la teinte, pour murs et plafonds, en sous-couche et pour tout type de surfaces, la peinture — comme les vernis — a aujourd’hui bien changé.

Sans solvants ni additifs, fabriquées à partir de composés organiques et de pigments naturels, ces peintures naturelles d’un genre nouveau possèdent toutes les qualités de leurs devancières, sans en avoir les défauts. Elles couvrent aussi bien, tiennent aussi longtemps, mais préservent la qualité de l’air des intérieurs. Si vous avez envie de vous procurer de la peinture naturelle, rendez-vous ici.

Les plantes vertes, cactus et succulentes

Puisqu’elles sont bienfaisantes dehors, pourquoi ne le seraient-elles pas dedans ?
Et en effet, les plantes vertes, cactus et autres succulentes purifient l’air d’un appartement, d’une maison.

Ces végétaux sont ainsi réputés absorber certains polluants et émettre des ions négatifs, qui eux-mêmes facilitent la bonne respiration des occupants en fixant les poussières. En outre, ces plantes transpirent et contribuent à humidifier l’air ambiant, alors que le chauffage et la climatisation l’assèchent au contraire. Et puis n’oublions pas le plaisir simple et apaisant de faire chez soi un peu de place à la nature…

Les objets en liège

Longtemps méprisé, le liège a de nouveau droit de cité à la maison. On peut par exemple en recouvrir les murs pour insonoriser, les sols pour isoler. Le liège est également décliné aujourd’hui en de multiples objets de décoration, d’accessoires pour la table ou la cuisine, de meubles parfois. Doux, chaleureux, malléable et incassable, ce matériau naturel revêt bien des vertus, d’autant qu’il n’est même pas nécessaire d’abattre l’arbre qui le porte pour en profiter. Le chêne-liège se régénère en effet après chaque prélèvement. Il faut juste savoir attendre…

On a longtemps ignoré la réalité de la pollution domestique ; ce n’est plus le cas désormais. La bonne nouvelle est qu’il est tout à fait possible de recourir à des solutions naturelles pour la supprimer, sans pour autant diminuer notre confort.